Roald Dahl, le storyteller

En ce 13 septembre, Paper rend hommage à Roald Dahl. Cet écrivain bien connu des plus jeunes a eu une vie particulièrement riche, avant de s’éteindre en 1990.

Pilote de la RAF, aventurier, espion, inventeur, scénariste pour Alfred Hitchock et philanthrope… sans parler de ses talents d’écrivain ! De tout cela, on retient essentiellement ses livres pour enfants, notamment Charlie et la Chocolaterie. Pourtant, ces romans ne représentent qu’une infime partie de sa vie, en l’occurence, ses dernières années.

Découvrons ensemble le talent de cette personnalité hors du commun

Roald Dahl : qui était-il ?

L’autobiographie, chez Dahl, n’est pas une manière de se vanter comme on pourrait bien souvent le croire.

“Une autobiographie, c’est un livre qu’on écrit pour raconter sa vie et qui déborde, en général, de toutes sortes de détails fastidieux. Ce livre-ci n’est pas une autobiographie. L’idée ne me viendrait même pas d’écrire pareil ouvrage”.

Un aventurier

Moi, Boy

En bon conteur, Roald Dahl, racontera son début de vie mouvementé dans deux autobiographies, Boy, tales of Childhood, pour son enfance et ses premières expériences en Afrique, et Escadrille 80 pour son expérience de pilote.

Né en 1916 au pays de Galles, Roald grandit parmi des femmes. Après une enfance passée entre le pays de Galle et ses vacances d’été en Norvège, il construit déjà un imaginaire fait par les voyages. Il commence son premier emploi dans une compagnie pétrolière en Tanzanie, jusqu’à ce que la seconde guerre mondiale éclate, ce qu’il racontera dans un second livre

C’est ici qu’il parle de la naissance de sa vocation :

“Il faut être fou pour devenir écrivain. Celui qui choisit cette profession n’a qu’une seule compensation: une absolue liberté. Il n’a pour seul maître que son âme, et c’est là pour lui, j’en suis sûr, un motif déterminant”.

Escadrille 80

Dans celui-ci, il y raconte ses péripéties en Afrique et la Seconde Guerre Mondiale lorsqu’il rejoint la Royal Air Force (RAF).

Ce moment de sa vie l’a particulièrement marqué et notamment la manière dont il s’en est sorti : suite a une erreur d’instructions, il doit faire un atterrissage forcé au cœur du Sahara. De cet expérience, il va presque en perdre la vue, mais sera sauvé in extremis à l’hôpital. Ce récit sera sans doûte le grand moment du livre, et donnera lieu à sa première pièce de théâtre : “A piece of Cake”.

On y verra aussi sans doute une influence dans On ne vie que deux fois, un James Bond dont Roald Dahl a signé le scénario, avec une scène de course-poursuite et de combats aériens particulièrement immersifs.

Mais ce n’était pas le coup d’essai de Roald Dahl pour le cinéma.

Un écrivain prolifique

Pour le cinéma

Le nom de Roald Dahl va progressivement se faire une place dans l’industrie du cinéma Américain. Il a notamment collaboré avec Alfred Hitchcock en écrivant des épisodes de sa fameuse série “Alfred Hitchcock présents”.

Certaines de ses propres histoires ont aussi été adaptées pour sa propre série : Bizarre, bizarre. Parmi elles, on peut citer “Coup de gigot”.

Dans cette histoire, une femme tue son mari avec un gigot. Après s’être construit un alibi, elle propose à la police de manger le gigot qu’elle s’apprêtait à servir à son mari…

En réalité, le gigot qui a servi à tuer son mari. L’arme du crime disparaissant dans l’estomac de ceux censés l’élucider… On retrouve là l’humour noir de Roald Dahl, avec qui Hitchcock semble-t-il avoir trouvé quelques affinités sur le sujet.

Pour les grands…

Roald Dahl était connu pour un humour noir, déjà présent dans ses livres pour enfants, mais qu’il montre encore plus dans deux recueil de nouvelles, Kiss Kiss et Macabre Macabre, qui nous racontent avec une douce ironie des tragédie du quotidien, sur un ton doucereux qui nous faire rire tout en nous glaçant le sang.

… et les petits

Mais c’est pour ses romans jeunesses que Roald Dahl est surtout connu. On lui connait quelques chefs d’œuvres dont vous avez peut-être lu ou vu des adaptations.

Pourtant, l’essentiel des ces livres ont été écrits alors qu’il était au sommet de sa carrière d’écrivain.

Charlie et la chocolaterie et sa suite, Charlie et le grand ascenseur de verre a été écrit en 1964, 5 ans avant sa première adaptation au cinéma.

La littérature jeunesse chez Roald Dahl couvre environ les 25 dernières de sa vie. Mais si l’écrivain s’y est tant attaché, c’était pour une raison simple :

« Il y a très peu de messages dans mes livres. Ils n’existent que pour donner le goût de la lecture aux enfants. Mince alors, la plupart ne sont que pure folie »

Inspirateur…

James et la pêche géante, le Bon Gros Géant, Fantastic Mr Fox… ces noms vous parlent ? c’est normal : Roald Dahl était un fabuleux conteur dont quasiment toutes les histoires avaient la matière et la structure idéales pour intéresser le cinéma, et les réalisateurs les plus prestigieux : Steven Spielberg, Wes Anderson… Mais le plus inspiré était sans conteste Tim Burton, qui a réalisé 2 films adaptés des histoires de Roald Dahl.

Ses héritiers littéraires

Aujourd’hui, des auteurs revendiquent directement son héritage, accompagnés des illustration Quentin Blake (un illustrateur au style qu’on associe immédiatement à Roald Dahl).

Jo Nesbo

La plupart des livres de cet auteur norvégien sont essentiellement tournés vers le polar, et dans un style assez sombre. Néanmoins, il écrit également des livres jeunesses aux titres assez “Roaldiens”.

David Walliams

Les amateurs de cinéma britanniques reconnaîtrons peut-être cet acteur, dont on peut entendre la voix dans Le Monde de Narnia. David Walliams est aussi scénariste et auteur d’ouvrages jeunesses, également illustrés par Quentin Blake, dont le style est hérité dès le titre de Roald Dahl.

Et inspiré !

Comme tout écrivain, Roald Dahl avait besoin lui-même de beaucoup lire pour écrire. Ses influences, il les distillait dans ses propres ouvrages.

Rudyard Kipling

“Les livres la transportaient dans des univers inconnus, lui faisaient rencontrer des personnages hors du commun qui menaient des vies exaltantes. Ainsi navigua-t-elle sur d’antiques voiliers avec Joseph Conrad, explora-t-elle l’Afrique avec Ernest Hemingway et l’Inde avec Rudyard Kipling. Ainsi assise au pied de son lit, dans sa petite chambre d’un village anglais, visita-t-elle de long en large et de haut en bas le vaste monde.”
Tout ça sans quitter sa maison. Trop fort !

Extrait de Matilda, de Roald Dahl

Voir aussi :

--

--

Le réseau social des créateurs inspirants

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store